Mouvement 

Chrétien des 

Retraités

Rencontre inter-secteurs des membres du MCR des paroisses de

Poissy, Aubergenville et Meulan-Triel.


Le Jeudi 18 mars à l’église de Meulan, 



Une quarantaine de personnes étaient présentes, heureuses de se revoir pour ce moment de partage et de prière, dans le respect de toutes les mesures barrières.


Après la messe célébrée par le père Baudoin de Beauvais, ce dernier nous a proposé un temps de réflexion en reprenant quelques phrases à partir de la lettre apostolique du pape François sur Saint Joseph: «Avec un cœur de père». La lettre marque le 150ème anniversaire de la proclamation de saint Joseph comme patron de l’Eglise universelle, par le bienheureux pape Pie IX, le 8 décembre 1870.



Voici ces phrases,commentées par le père Baudoin, qui nous ont permis de mieux connaître ce père humble et discret et qui, pourtant, « joue un rôle inégalé dans l’histoire du salut » déclare le pape François. 



Joseph, époux de Marie et père de Jésus, a fait de toute sa vie un don total de soi. On fait confiance à celui qui est don. Cette confiance est résumée dans la formule: «Allez trouver Joseph et faites ce qu’il vous dira» (Genèse 41, 55). Le bonheur de Joseph n’est pas dans la logique du sacrifice de soi, mais du don de soi. Son silence persistant ne contient pas de plaintes mais toujours des gestes concrets de confiance.


Accueillir notre faiblesse et nos fragilités avec une profonde tendresse. Nous apprenons avec Joseph à accepter nos fragilités et à laisser Dieu agir dans notre faiblesse: «Ma grâce te suffit».

La grâce nous est toujours donnée. Ce qui nous manque, c’est d’accepter nos faiblesses dans la confiance.


Devant les événements imprévus, difficiles et douloureux, Joseph n’est pas un homme passivement résigné, ni plaintif, ni révolté. «Ne crains pas» (Matthieu 1, 20). Devant l’impossible, Joseph n’abandonne pas. Il cherche une solution, en accueillant la vie telle qu’elle est avec ses contradictions et ses imprévus. Il a une foi créative qui prend des initiatives, en interrogeant sans cesse Dieu dans son cœur (quatre songes: garder Marie auprès de lui, partir en Egypte, revenir d’Egypte, et aller à Nazareth, dans Matthieu 2). «Nous savons qu’avec ceux qui l’aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien» (Rom 8, 28). Dieu nous fait confiance: il n’intervient pas directement, mais par Joseph et par chacun de nous. Ayons une foi audacieuse, pleine d’écoute, comme Joseph.


«Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère» (Matthieu 2, 13). Joseph est l’époux très chaste de Marie et le père très chaste de Jésus. C’est une indication affective, mais pas seulement. C’est une attitude qui exprime le contraire de la possession. La chasteté est le fait de se libérer de la possession dans tous les domaines de la vie, et plus particulièrement dans la relation aux autres. Joseph est un père qui nous parle, car il respecte la liberté de son épouse et de son enfant. Il accueille le mystère de l’autre. Dieu lui-même nous aime d’un amour chaste, en nous laissant libre de nous tromper et même de se retourner contre lui. Comme Dieu, Joseph a su aimer dans une logique de liberté. C’est pourquoi, il est vraiment un père qui a su que cet enfant n’était pas le sien mais qu’il lui avait été confié à ses soins. Tous nous avons à suivre ce chemin de la chasteté, à devenir pères adoptifs. 

Vos enfants ne sont pas vos enfants, dit le poète Khalil Gibran dans son livre: Le prophète.


Chacun, chacune a pu découvrir en Saint Joseph, un père aimé, un père dans la tendresse, dans l’obéissance, dans l’accueil, un père au courage créatif, travailleur, un père dans l’ombre..., un modèle de père pour l’humanité.


Notre rencontre s’est terminée par la prière à Saint Joseph,